Nous... les Mecs, on est comme ça :

On est des grands malades. On chatouille des panthères. On suce des caillous en goudron. On mange des guêpes. Bref. On n'a peur de rien, on est des sauvages, on est des tarés. Des fous. On grince des dents et on griffe les tableaux noir, sans même avoir de frissons dans le creux des reins. On viole des sirènes. Même si elles n'ont plus toutes leurs écailles. On roule avec des gros camions sur la route. On sent des d'sous d'bras, d'la bouche, et on pète au lit. Ouais, définitivement, Nous les Mecs, on est vraiment des Mecs.

Et comme pour en avertir la planète toute entière, j'ai décidé, cher lecteur impertinent, que tu pourrais laisser trace du mauvais goût de ce blog partout où tu le souhaites. Ad vitam aeternam. Et comment puis-je te donner un tel pouvoir ? Et comment vas-tu pouvoir dévoiler le moindre de tes commentaires sur la toile ? Comment t'autorise-je cela ? (t'arrive à le prononcer ça ? moi pas !). Te l'autorisai-je ? Te l'autoriserai-je ? Te l'autorité-ze-rejerai-je ?

Fastoche : un icône facebook, un twitter et plus encore apparaît à présent au pied de chaque billet. Te suffit de cliquer et : pif paf pouf badaboum crac crac .... le monde est au courant.  Les indiens, les chinois, les canadiens, les irlandais, Yousou Ndour, Robert Hossein, Obama et toute la clique ... tout le monde sait ! C'est dingue, c'est fou ... bienvenu dans l'monde des Mecs avec un grand M.

Et comme pour te ravir, en offrande, je t'offre même la possibilité de laisser un com accompagné de ton gravatar (pour les nullissimes qui savent mempasckecé, ils ont qu'à surfer un peu. Ils trouveront.).

En ce soir de printemps, j'ai envie de dédier ce billet à tous les Mecs qui se reconnaitront dans cette image reluisante que je dévoile d'eux-mêmes, en hommage à leur fierté d'être l'ellite humaine, au sommet de toutes les chaînes alimentaires. A la puissance de l'espèce humaine sur toutes les autres. Tant que faire ce peu.

sY ... qui se dit que le monde est tombé bien bas. Trop bas. Bien trop bas. Bien trop bien bas. Bien trop bas bien mais trop bien bas ... bon ok j'arrête, c'était sérieux !