Nous... les Mecs, on est comme ça :

On est des voyageurs. cHristophe cOlomb (a qui on doit les Antilles), jAcques cArtier (pas le bijoutier, l'autre), mArco pOlo, vAsco dE gAma (..sutra... je pouvais pas la rater éhéhéh), jAmes cOok, tHierry (mon voisin du dessous) et même cOrinne (sa femme, un peu foutue comme une péniche... ça aide !). Bref, on est plein. Plein à aimer larguer les amares, humer le grand air, sentir les alizés agiter la chevelure. Plein. Bon. Donc, au regard de mon génotype, je me suis dis que, vendredi soir, j'effleurerai finalement du doigt ce qu'on connu tous ces grands hommes (puisqu'en fait, je devais me rendre à l'aéroport chercher 2 vieilles saucisses). C'est donc arrivé à cet aéroport, observant les gronavions, les grogronavions, que j'ai eu malgré moi le mal des transports, vomissant mon carambar sur la valise d'une chinoise je me suis dis combien les temps avaient changé. Adieu galères zé gros bateaux armés de canons ! Bonjour gronavions ! Le monde est devenu bien petit.

Bref. Cette réflexion rangée dans le tiroir des Lapalissades, et patientant au quai-qui-débarquent-les-vieilles-saucisses, je me prends à jouer au jeu du "qui-que-t-attends-toi ?". Qui n'a pour simple but que d'analyser la personne qui patiente, pour deviner comment est la personne qui est censée la retrouver. Jeu totalement fou et génial. Dingue parfois. Tu peux même y jouer avec Tante eDwige sur le quai de gare. Donc extra, enfin, moi je trouve. Bon. Je m'adosse au grand poteau de béton, et commence a regarder l'assistance :

* Un taximan (enfin je suppose), moustachu, grosses lunettes rondes, bras tendu devant lui, montre à qui veut bien le voir une ardoise plastique sur laquelle est écrit : "Adéle-moi". Il tapote, en cachette avec son autre main (?), un texto sur un vieux nokia. En s'approchant de moi (puisqu'il semble avoir la bougeotte), je détecte une odeur aigre, malheureux mélange de sueur du jour et de sueur d'hier. J'imagine bêtement qu'Adèle est une ravissante russe, qu'il a payé pour son week-end. Je n'en saurai finalement rien.

* Un jeune homme ... la trentaine ... un vrai effort vestimentaire, mais avec un vrai mauvais goût. Une espèce de costume dont le pantalon n'est pas assorti avec la veste, couvert d'un manteau trop large aux épaules. Il fait les cent pas, téléphone à l'oreille, et faisant genre l'homme d'affaire. Gominé, il mâche un chewing-gum. Je parie qu'il attend sa mère. Une vieille dame qui l'embrassera par le cou. Ben c'est une minette rousse qui débarque. Qu'il bise. Une russe probablement.

* Un gros monsieur qui sent aussi pas bon non plus (mais qu'est-ce qu'ils ont tous à sentir l'berzingue ?), avec 2 kits main libre... un dans chaque oreille. Ouawou. Ca clignote bleu dans tous les sens ... pourvu que les pilotes le prennent pas pour le mec qui guide les gronavions sur la piste ! On risque de se faire écrabouiller ! J'imagine illico qu'il attend 2 collègues pour aller frimer au casino du coin. Raté. Une vieille dame. Probablement sa mère. Une russe j't'parie.

* Puis une jeune femme. Qui ne cesse de se mettre sur la pointe des pieds. Comme pour voir par dessus la porte de 3m ! Stricte. Les cheveux noirs tendus sur le crâne, et une queue de cheval. Presque anxieuse, impatiente. J'imagine un amoureux, genre "pas surfeur du tout". Un homme strict aussi. Prof de lettres, je pense. Mais je ne le saurai jamais non plus.

Ce que je sais par contre, c'est que les 2 saucisses arrivèrent bel et bien, érigeant une photo horrible de moi à bras tendu. M'accueillirent dans le hall avec un large sourire, fières, et filmant la scène honteuse. La foule souriait, ou ne comprenait pas, ou secouait la tête de gauche à droite comme pour accuser une pratique qui, à 30 piges, ne devrait être qu'un vieux souvenir. Shame on me. D'autant que la photo n'était guère à mon avantage, s'tu vois c'que j'veux dire lecteur. Re Shame on me.

Et je me suis dis à cet instant que j'aurai bien voulu parier que, si quelqu'un dans l'assistance faisait le même jeu que moi, aucun n'aurait pensé que j'attendais ces 2 personnes.

Pourquoi ? Parce que : 1- Ces 2 saucisses ne sentaient même pas la frite, alors qu'elles arrivaient d'min Nord ; 2- comment un homme aussi délicat que moi attendrait 2 bazard sans scrupule ? Hein ? Comment ?

Mais cette réflexion aura eu le mérite de prouver combien ce jeu est étrange et complexe. Ne pas juger autrui sur ce qu'il semble être. Finalement, ça me paraît être une bonne conclusion.

sY ... pensant à cHristophe, jAcques, tHierry et les autres, et constatant blême, que maintenant, 2 saucisses arrivent à faire 1000 kms en 1h30.